À la recherche de deux «goalers», un internaute rédige une petite annonce Kijiji hilarante | Le Sac de chips
/homepage

À la recherche de deux «goalers», un internaute rédige une petite annonce Kijiji hilarante

Le gars était inspiré! Afin de se trouver des gardiens de but pour sa ligue de garage de hockey cosom, un internaute a écrit une petite annonce tordante.

Nous l'avons reproduite ci-dessous juste pour vous, chers lecteurs. Amusez-vous! Vous pouvez consulter la petite annonce en cliquant ici.

Cherche goaler (ordinaire) de hockey Cosom.

****update: j'ai trouvé mes goalers! Merci. Je laisse l'annonce un bout puisque semble-t-il, elle vous fait rire:) ***

Visiblement, trouver un goaler, c’est rare. Deux semaines qu’on cherche : on a trouvé de la marde de pape, on a trouvé Charlie, on a trouvé le point G, mais aucun signe d'un goaler. Ça fait qu'on scrute maintenant le web.

Toi, cerbère amateur, («cerbère» ça veut dire goaler. On a laissé le mot cerbère dans le texte pour que tu vois qu'on est éduqués) t'as envie de (ne pas vraiment) relever des nouveaux défis? T'adores suer sur semaine? On a besoin de toi, les mardis soirs, à Beaupré.

Réglons une affaire ti-suite : ce qui est primordial pour nos égos, c’est que tu ne sois pas trop bon. On veut pouvoir faire des buts une fois de temps en temps malgré nos talents limités. Le seul critère de sélection c’est pas mal que ça te tente de goaler pis que t’annules pas 30 minutes avant la game.

Mais, laisse-moi te parler de nous. On est 10-12, on joue de 20h30 à 22h, et on fait les bâtons pour déterminer les équipes pour la soirée. (Tu vois qu'on est dans du gros calibre). C'est du 3 contre 3. Avec le souffle de certains, ça vire parfois à du 2 1/2 contre 2 1/2.

Nos 2 goalers réguliers (qui ont été nommés goalers réguliers principalement parce qu'ils avaient des stocks de goalers) ne sont pas dispos jusqu'en janvier. Pis à date, même si on n’est pas ben bons, on préfère quand même shooter sur un (ou 5 pieds à gauche d’un) goaler que dans une poubelle (ou 5 pieds à gauche d’une poubelle). (Même si parfois, avec la sueur, les 2 sentent sensiblement la même chose.)

Bref, on a besoin de toi. Si en échange, toi t'as besoin de rehausser ton estime parce que par exemple, t'as des difficultés érectiles, vient jouer avec nous, on va arranger ça.
(Juste pour être clair, on parle de ton estime, pas de ta dysfonction.)

L'ambiance est bonne. En fait l'ambiance est bien meilleure que nos mains.

Y'a pas de chicane. Quand la tension monte entre 2 joueurs, on siffle "Wind of change" des Scorpions, pis généralement, ça calme le tout.

Pas de trophée, pas de statistiques, pas de chandail lettré avec ton nom pis une joke de chiffres dans le dos (Genre : Ouellet 007 ou ben Talbot .08), on a rien à t'offrir. Mais si tu oublies ton savon pour la douche, on peut quand même t'en prêter. Tsé, on est du bon monde.

Tu vas recevoir environ 150 tirs dans une soirée (ouin, on est pas hyper tights en défensive), mais en échange, on va te donner un ti-coup de bâton amical sur les pads au début pis à la fin des parties. C’est pas mal win-win comme on dit.

Y'a d'autres ligues de cosom qui peuvent te promettent du jeu enlevant et une compétition stimulante, ben pas nous. Nous on te promet par contre notre reconnaissance éternelle (jusqu'en janvier) pour nous laisser tirer des balles orange sur toi. (Ou à 5 pieds à ta gauche)

Si t’as ton équipement, c’est parfait, sinon, ben on en a un. (Y’é facile à trouver en plus, tu suis l’odeur pis te le trouves dans le fond du local)

On a entre 24 et 47 ans. On a des enfants pis des jobs, ça fait qu’on va jamais prendre de bière après les games. (Mais si jamais tu veux dire le contraire à ta blonde pis faire ce que tu veux après les games, ben on va te backer.)

On a pas vraiment de discussions malaisantes de vestiaire. Généralement, on parle du retour des Nordiques ou ben de la neige. Tsé, des sujets de la région de Québec.

Si ça t’intéresse quand même, écris-moi
ncommedansnicolas@gmail.com

PS : On a des joueurs qui partent de Québec et Beauport, si jamais tu veux covoiturer.

-Avec la collaboration de Nicolas Tremblay

À lire aussi

Et encore plus