Le caca des membres d'une même famille pour faire pousser les légumes du jardin | Le Sac de chips
/homepage

Le caca des membres d'une même famille pour faire pousser les légumes du jardin

SAINT-SIMÉON – Une famille de Saint-Siméon, dans la Baie-des-Chaleurs, utilise une toilette sèche pour ses besoins naturels depuis maintenant trois ans. Après avoir composté le tout, le résultat est utilisé pour jardiner.

« Le déclic vient du fait que j’ai habité 10 ans près de Yellowknife où il n’y avait ni eau ni électricité. Souvent, on parle de simplicité volontaire. Ici, c’était plutôt de la simplicité involontaire. Il fallait trouver une façon pour faire ses besoins », dit Martin Zibeau qui se dit respectueux de l’environnement. Il refuse l’étiquette d’écolo « pur et dur ».

Photo courtoisie Martin Zibeau

Sa conjointe et ses enfants de cinq et sept ans utilisent cette façon de faire depuis trois ans dans leur résidence bâtie au début des années 1900.

Un banc de toilette est installé sur une chaudière de 20 litres. Après avoir fait ses besoins, l’utilisateur recouvre le tout de sciure de bois pour aider à la décomposition.

Elle côtoie la toilette traditionnelle que les enfants n’ont jamais utilisée à la maison.

« Même qu’ils ont eu une certaine crainte lorsqu’ils ont eu à utiliser les toilettes dans un lieu public », explique le père de famille.

La toilette traditionnelle est reliée à une fosse septique.

Photo courtoisie Martin Zibeau

« On y est allé avec une toilette sèche parce que ce système est encore moins efficace qu’un réseau d’aqueduc. Il était alors plus logique de ne pas utiliser la toilette. Mais pour les gens qui ont des difficultés avec ça, il y a la toilette traditionnelle », dit tout bonnement M. Zibeau.

Même si son geste peut sembler curieux, les gens ne l’abordent pas sur son installation.

« Les gens autour le savent mais personne ne commente. Ils se gardent une petite gêne. Je ne suis pas surpris de ça. On a une distance par rapport au sujet dans notre société. »

Un choix logique

Pour lui, inconcevable d’utiliser l’eau potable pour éliminer les déchets humains.

« On traite de l’eau pour la boire et on fait nos besoins dans ça. Il y a de quoi de pas très intelligent, raconte M. Zibeau. Combien d’argent on dépense pour traiter l’eau dans laquelle on va faire nos besoins? Et ensuite, on va payer pour dépolluer l’eau parce qu’elle a été utilisée pour faire voyager nos besoins! Ces questions-là, on n’aime pas se les poser. »

Il ne craint pas les réactions négatives que pourrait engendrer son « mode de vie ».

« Tous les chasseurs qui voient ça doivent être morts de rire », lance simplement M. Zibeau.

Les odeurs

Avec une chaudière laissée dans une salle de bain, qu’en est-il des odeurs lors des chaudes journées d’été?

« Lorsque c’est bien recouvert, il n’y a pas d’odeur. Une toilette à l’eau a autant d’odeur. Elle ne vient pas du seau. Elle vient du fait que ça passe dans l’air entre nous et le récipient. Il n’y a pas plus d’odeur qu’une toilette ordinaire », explique l’homme.

La chaudière est vidée dans un endroit construit pour le compostage. Une fois le produit décomposé avec les restes de table ou les résidus de gazon, il est utilisé pour le jardinage.

À lire aussi

Et encore plus