COVID-19: Pascal Bérubé dit aux conspirationnistes d’arrêter de le contacter | Le Sac de chips
/zoneassnat

COVID-19: Pascal Bérubé dit aux conspirationnistes d’arrêter de le contacter

Pascal Bérubé
Montage Mathieu Blanchet

Pascal Bérubé

À un moment donné, un gars se tanne.   

Le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, en avait assez des messages conspirationnistes sur la COVID-19.          

«J’ai reçu de nombreuses théories conspirationnistes sur le #coronavirus en privé. Ça va être correct. Stop», a-t-il écrit mercredi matin sur les réseaux sociaux.          

On parle beaucoup d’isolement volontaire ces temps-ci, mais M. Bérubé a invité ces hurluberlus à s’isoler de la Toile également.          

«Tant qu’à s’isoler du consensus scientifique, j’invite les expéditeurs de ces messages à s’isoler de leur clavier et à cesser de nuire aux efforts collectifs», a-t-il ajouté.          

Joint par la Zone AssNat, le député de Matane-Matapédia nous a envoyé une vidéo virale qu’un citoyen lui avait fait parvenir.          

C’est étourdissant.          

Dans la vidéo d’une vingtaine de minutes, le théoricien du complot dit, entre autres, que la COVID-19 a été créée en laboratoire en 2003. Pas besoin de vous dire que ce genre de théorie a été démantelée de toutes pièces à plusieurs reprises.   

Elle réfère bien souvent à d'autres types de coronavirus.    

Ce qu’il faut comprendre, c’est que la COVID-19 fait partie de la famille des coronavirus, au même titre que le SRAS qui avait fait 44 morts au Canada en 2003. Le virus n’a pas été découvert ou même inventé cette année-là.   

Le journal français l’Éveil de la Haute-Loire a fait un article pour démentir les propos tenus dans cette même vidéo reçue par M. Bérubé.         

Le brevet dont il est question dans cette vidéo virale concerne justement le virus qui cause le SRAS. Il provient de l’Institut Pasteur qui a lui-même réagi sur Facebook en affirmant qu’il s’agissait d’une fausse nouvelle.    

L’Institut Pasteur se définit comme «une fondation à but non lucratif reconnue d'utilité publique dont la mission est de contribuer à la prévention et au traitement des maladies, en priorité infectieuses, par la recherche, l’enseignement, et des actions de santé publique».    

  

Radio-Canada a aussi consacré un article, en janvier, à une autre fameuse théorie qui puise ses origines dans deux brevets datant de 2003 et de 2015.          

«La méthode détaillée dans le brevet visait à utiliser la séquence génétique du virus du SRAS afin de détecter les infections qu’il cause», peut-on lire de la plume de la journaliste Bouchra Ouatik pour le brevet de 2003.         

Le brevet de 2015 concernait un autre coronavirus et s’attaquait à la volaille.     

Contrairement à ce qui est également dit dans ces mêmes théories du complot, aucun vaccin n'a encore été développé concernant la COVID-19, le nouveau coronavirus.         

Dans un autre ordre d’idées, le chien de Pascal Bérubé, René, semble très bien vivre la quarantaine.         

À lire aussi

Et encore plus