Patrice Roy se fâche et utilise «un mauvais mot» contre le coronavirus | Le Sac de chips
/potins

Patrice Roy se fâche et utilise «un mauvais mot» contre le coronavirus

Image principale de l'article Patrice Roy utilise un «mauvais mot»
JEAN BERNIER/RADIO-CANADA/AGENCE QMI

Le chef d'antenne Patrice Roy s'est lâché en fin de semaine sur Twitter, publiant un gazouillis qui vous fera dire... «ben voyons Patrice?»

Bien qu'il soit tenu à une éthique et un professionnalisme hors pair en ondes, il n'en demeure pas moins que lorsque la caméra cesse d'enregistrer, Patrice Roy est, d'abord et avant tout, humain comme tout le monde. Et ça peut être surprenant.  

• À lire aussi: Gino Chouinard s'explique à la suite de ses propos qui ont fait réagir à Salut Bonjour  

Comme beaucoup de Québécois, l'homme de 57 ans, est, lui aussi, un peu tanné d'entendre parler de la COVID-19.

C'est pourquoi après une longue semaine de travail, celui qui pilote le Télé-Journal de 18h à Radio-Canada s'est permis de décrocher un peu.

Il s'est rendu sur Twitter et a partagé une photo d'une bière provenant de la microbrasserie québécoise Le Saint-Bock. La courte description écrite pour accompagner sa photo a beaucoup fait sourire ses 119 000 abonnés.
  


«La musique de Catherine Major, une bière et pendant une heure fuck off le corona virus», a candidement écrit Patrice Roy.  

F*ck off? Même pas d'astérisque? OUF!

Évidemment, en commentaires sous son tweet, ses abonnés ont été nombreux à relever, à la blague, qu'il était un peu «bizarre» et «étonnant» de lire un chef d'antenne écrire les mots «fuck off», mais ils se sont dit également très compréhensifs, vu la situation actuelle et le travail colossal que fait chaque jour Patrice Roy.  

  

Nous, au Sac de chips, on n'est pas surpris TANT QUE ÇA. On se rappelle très bien la commotion que Patrice avait déjà créée, bien avant le coronavirus, en 2015, alors qu'il avait utilisé un «mauvais mot» en onde: 27 autres «mauvais mots» que Patrice Roy devrait rayer de son vocabulaire
  

À VOIR AUSSI:   

  

  

  

  

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus